La-Vendee.fr
Découvrez un pays de traditions, d'histoire et de liberté

Jacques Cathelineau

Jacques Cathelineau est né à Pin-en-Mauges (Maine-et-Loire) le 5 janvier 1759 et est décédé durant les guerres de Vendée le 14 juillet 1793 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire). Il était le chef Royaliste de l'armée vendéenne.

Il n'était qu'un simple roturier et lorsque la contre-révolution s'est soulevée en Vendée, il était colporteur (marchand ambulant) et sacristain (qui préparait ce qu'il fallait lors des cérémonies religieuses).
De par sa grande piété, il s'était fait surnommé le "Saint de l'Anjou".

C'est le 12 mars 1793, soit 2 jours après le soulèvement contre-républicain de la ville de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) qu'il décida d'affronter les républicains avec l'aide de tous les hommes valides du village.
C'est l'abbé Cantiteau, prêtre militaire, qui l'avait poussé à s'insurger.

Le lendemain, il parvient à s'emparer du château de Jallais et le surlendemain, le 14 mars 1793, c'est la commune de Chemillé (Maine-et-Loire) qui tombe. Après un intermède durant les vacances de Pâques, il prend les villes de Cholet, Vihiers et Chalonnes dans le Maine-et-Loire avec Jean-Nicolas Stofflet et 3000 hommes. Il s'ampara de Beaupréau le 23 avril 1793 puis de Thouars le 5 mai 1793.

Le 12 juin 1793, l'assemblée des chefs vendéens le proclame officiellement généralissime de l'Armée catholique et royale.

Le 23 juin 1793, il prend Angers (Maine-et-Loire) mais il se retrouve en difficulté à Nantes (Loire-Atlantique) le 29 juin 1793 où il prit un coup de feu. Mortellement blessé, l'armée vendéenne capitula. Il mourut par suite de ces blessures le 14 juillet 1793 à Saint-Florent-le-Vieil.
À la Restauration (1814-1830), sa famille fut anoblie.

Aujourd'hui, son corps est entreposé dans la chapelle Saint-Charles de Saint-Florent-le-Vieil.